1638-1938, le Vœu de Pontoise, cinq photographies inédites du tricentenaire…

Contexte du Vœu de Pontoise (1) :

La fin du XVI ème siècle et la première moitié du XVII ème siècle sont des périodes particulièrement difficiles pour Pontoise et sa région. En 1580 et 1583, deux épidémies de peste déclarées à Paris se propagent aux alentours. Les populations s’en remettent à la Sainte Vierge et organisent des pèlerinages dont le plus important est celui de Mantes en 1584 (6 à 7000 personnes partant à pied de Notre-dame de Pontoise). A la fin du XVI ème siècle la ville est éprouvée par les évènements de la Ligue contre le Roi Henri IV. Elle subit un siège, la destruction de l’église Notre-Dame et doit payer 45 000 écus d’indemnité de guerre. Le 11 juin 1593, la grêle frappe la ville et fait des dégâts considérables tant sur l’agriculture locale que sur le bâti. En 1623, 1633 et 1638, la peste frappe encore la ville et la dernière contagion fut particulièrement meurtrière avec près de 1200 morts. Face à cette menace qui prend une ampleur dramatique, une assemblée d’ecclésiastiques, de syndics et de bourgeois ont décidé d’organiser une procession le jour de la Nativité, afin de demander à la Vierge Marie d’intercéder pour arrêter ce fléau. L’épidémie se termine quelques semaines plus tard, à la fin du mois d’octobre, et la concomitance des deux évènements est jugée suffisante pour que la population exécute le Vœu.

Le Vœu de Pontoise :

Vitrail réalisé en 1901/1902 par Ernest Haussaire (5), visible dans l’église Notre-Dame de Pontoise, procession du 16 juillet 1638 emmenée par Mgr François d’Aguillanguy. Source : Google Image, juillet 2016.

Le jour venu, François d’Aguillanguy, Grand Archidiacre du diocèse de Rouen et Vicaire de Pontoise, fait le vœu de brûler trois flambeaux de cire portés processionnellement à l’église Notre-Dame, de s’interdire l’usage de la chair la veille du 8 septembre, de fondre une image de la Vierge en argent d’une valeur de six cents livres et de placer sa statue sur chacune des principales portes de la ville. Le texte de ce Vœu, gravé sur une plaque de marbre noir, est conservé dans l’église Notre-Dame. Une procession anniversaire a lieu le 16 septembre 1640 avec 21 corporations de la ville puis le Vœu est renouvelé en 1726, 1838 et 1938. Les statues de la Vierge ont quant à elles été détruites puis remplacées en 1856 (4). La Vierge située en haut des remparts du château est une œuvre du sculpteur Jean-Pierre Giovanetti, inaugurée en 1956.

Vitrail réalisé en 1887 par Édouard Didron, chapelle de la Vierge, collatéral sud de la Cathédrale Saint-Maclou. La scène représente la procession de 1640 avec les différentes corporations. Photographie : Dassé Fabrice, 2020.

Note sur les corporations de Pontoise :

L’organisation de la procession du 16 septembre 1640 est à la charge du Révérend Père Cossart qui en laissera une description écrite. Ce document, publié par Roland Vasseur et Françoise Waro en 1997 (4), permet de faire la liste des corporations qui ont participé, suivie de leur saint (d’après le journal Le Progès de Seine et Oise n°36 du 3 septembre 1938) :

Savetiers (Saint Crépin)
Paveurs (Saint Roch)
Vignerons (Saint Vincent)
Jardiniers (Saint Fiacre)
Telliers – tisseurs de toile (Saint Antoine Ermite)
Serruriers (Saint Eloi)
Cordonniers (Saint Crépinien)
Pâtissiers (Saint Laurent)
Vanniers (Saint Antoine Ermite)
Mariniers (Saint Nicaise)
Mégissiers – apprêteur de peaux d’ovins et de caprins (Saint Jean-Baptiste)
Menuisiers (Saint Joseph)
Potiers d’étain (Saint Mathurin)
Bouchers (Saint Europe)
Tailleurs d’habits (Saint Gon)
Tonneliers (Saint Jean l’évangéliste)
Architectes (Saint Thomas)
Marchands de soie (Saint Maxime)
Mercier épiciers (Saint Michel)
Drapiers (Saint Jean-Baptiste)
Arbalétriers (Saint Sébastien)

Composition représentant la corporation des paveurs portant la statue de saint Roch. Dessin : L. Gignoux, Le Pèlerin n° 3209 du 25 septembre 1935. Coll: Dassé Fabrice.

La plus grande prudence est à observer sur l’exactitude de cette liste. En effet les saints patrons changent d’une source à l’autre et d’importantes corporations mentionnées par le Frère Noël Taillepied en 1587 (2), ne semblent pas avoir participé. Celles des apothicaires comprenant les médecins, les barbiers et les droguistes (Saint Cosme et Saint Damien), des menestriers (Saint Julien à l’église Notre-Dame), des clercs (Saint Nicolas à l’église Saint-Maclou) ou encore des « Gens de justice et autres qui vivent de la plume » (Saint Yves à l’église Saint-Maclou), sont d’importantes corporations qui n’apparaissent pas dans la liste du R. P. Cossart.
Pour compléter cette « note », le journal le Progrès du 3 septembre 1938 publie une série de photographies très intéressante montrant six bâtons de corporations (sans datation) conservés dans les collections archéologiques du Musée Tavet à Pontoise et dont voici les illustrations :

Le tricentenaire du Vœu de Pontoise en 1938 :

Chaque année à Pontoise, des processions relatives au Vœu sont organisées lors de la fête de Septembre. Bien que cette manifestation soit une habitude, il faut plusieurs années d’organisation pour le tricentenaire. Sous l’impulsion du chanoine Jollain, archiprêtre de Pontoise, archéologue et organisateur de l’évènement, de nombreux costumes ont été réalisés pour reconstituer les corporations, des statues de saints ont été réalisées, la ville s’est parée de décorations (dont une imposante porte « moyenâgeuse » au niveau de la rue Thiers (3)) et des invités de marques issus des rangs de l’Église ont fait le déplacement pour cette occasion. On peut noter la présence de Son Éminence le Cardinal Verdier, Mgr Roland-Gosselin (évêque de Versailles), Mgr Rivière (évêque de Monaco), M. le chanoine Marcadé (curé de Sainte-Elisabeth de Paris) et M. le chanoine Martin (curé de Saint-Hippolyte de Paris).
Le cortège est composé par une théorie de 150 jeunes filles en blanc qui sèment des pétales de roses sur leur passage, vient ensuite le groupe des 21 corporations reconstitué pour l’occasion, suivi par le clergé de la paroisse. Le parcours de la procession commence sur la Place du Petit Martroy, passe devant l’église Saint Maclou pour emprunter la rue de la Coutellerie jusqu’à la place Notre-Dame où le Cardinal Verdier fait une bénédiction; ensuite le cortège emprunte la rue Pierre Butin, tourne dans la rue Alexandre Prachay pour arriver sur la place de l’Hôtel de Ville avant de retourner à Saint Maclou par la rue de l’Hôtel de Ville.

L’engouement des Pontoisiens pour cette manifestation était important et son bon déroulement a été une source de satisfaction relatée en première page dans la presse. Toutefois, on note qu’en 1938, le spectre de la Guerre qui s’annonce, est dans tous les esprits. Le journal L’Écho Pontoisien numéro 37 du 15 septembre 1938 le met en avant au travers de cette caricature :

L’Écho Pontoisien numéro 37 du 15 septembre 1938. Archives Départementales du Val d’Oise.

Si vous le désirez, en plus des vitraux présentés dans cet article vous pouvez toujours partir à la recherche des trois statues de la vierge placées rue de Gisors (face au cimetière), rue de Rouen (non loin de l’entrée du château de Marcouville) et en haut des remparts de l’ancien château (en face de l’Office de Tourisme de Cergy-Pontoise).

Bonnes balades

Dassé Fabrice


  1. Sources :
    – J. Gressier, J-M. Champion, A. Demurger, J. Dupaquier, G. Gaucher, J. Hecquet, J. Lecuir, Pontoise 2000 ans d’histoire, Imprimerie Paris à Pontoise, 1973 :
    p.79 pour la grêle et les évènements de la Ligue, pp. 86-87 pour les épidémies.
    – Abbé Trou, Recherches Historiques Archéologiques et Biographiques sur la Ville de Pontoise, Les Éditions du Bastion, 1987 :
    p. 176, 214, 217 pour les épidémies de 1623, 1633 et 1638.
    Le progrès de Seine et Oise, numéro 36, 3 septembre 1938, Archives Départementales du Val d’Oise, pour la procession du Vœu de Pontoise en 1638.
  2. Taillepied, Noël (1540-1589). Les Antiquités et singularités de la ville de Pontoise. Réimpression de l’ouvrage de 1587, Édition revue et annotée sur les manuscrits des archives de Pontoise, Librairie Alex Seyes, 26 rue de l’Hôtel de Ville, Paris Librairie H. Champion 15 quai Malaquais, 1876, pp. 121-123.3.
  3. Le progrès de Seine et Oise, numéro 37, 10 septembre 1938, Archives Départementales du Val d’Oise.
  4. Vasseur Roland, Waro Françoise, Saints guérisseurs d’Ile-de-France, Peste et saints antipesteux (II), in Vivre en Val d’Oise n°42, février 1997, Editions du Valhermeil, Saint Ouen l’Aumône, p.48.
  5. Livret-découverte, Laissez-vous conter l’église Notre-Dame de Pontoise, Service Patrimoine de la Ville de Pontoise, sans date, p.9.

2 réflexions sur “1638-1938, le Vœu de Pontoise, cinq photographies inédites du tricentenaire…”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.