Alain Baptizet (1947-2018), le « cinéaste des cavernes » est un jour passé par Pontoise…

Avant propos :

Cet article n’est pas directement lié à Pontoise. C’est une sorte d’hommage personnel envers un réalisateur qui a marqué mon adolescence et qui, avec J.Y. Cousteau, Haroun Tazieff, Michel Siffre ou encore Christian Zuber m’ont profondément marqué et sont à l’origine de mes très nombreuses passions  (notamment celle du documentaire filmé). Pour la forme, j’ai tout de même fait le lien avec Pontoise, à travers l’Année Martel en 1997 et Jean-Luc Maire…

Alain Baptizet devant la Cave des Moineaux à Pontoise le 21/09/1997. Photographie : Alain Gautier. Archives du Clan Spéléo Pontoisien.

Le 30 octobre 2018, Alain Baptizet nous quitte en laissant derrière lui près de 300 films dont 38 sur la spéléologie. Ce spéléologue aguerri, instructeur à l’Ecole Française de Spéléologie (EFS), tourne en 1969, son premier film amateur « Week-end sous terre ». Ce film en 8mm reçoit un bon accueil du public partout où il peut le projeter en Franche-Comté. En 1974, il intègre le réseau Connaissance du Monde et présente ses films à l’international. Certains documentaires ont été diffusés sur Antenne 2 dans l’émission Carnets de l’Aventure et il a réalisé des sujets pour l’émission Ushuaïa de Nicolas Hulot.

Le cinéaste s’inscrit avec brio dans la lignée des grands réalisateurs de documentaires en milieu extrême comme Marcel Ichac (1909-1994) et Jacques Ertaud (1924-1995) dont le dernier téléfilm, Les Allumettes Suédoises (diffusé en 1996 sur France 2), a été en partie tourné à Pontoise.

Le Parisien, 29-30 juillet 1995.

En 1981, Alain Baptizet publie Cinéaste des Cavernes dont la postface est de Jacques Ertaud. Il y décrit toutes les problématiques techniques mais surtout toute la volonté et l’énergie qu’il faut pour produire un film avec ce type de condition de tournage extrême.

Première de couverture. Cinéaste des Cavernes, A. Baptizet, éditeur S.A.E.P., 1981.
Conditions de tournage particulières en milieu souterrain avec une camera Pathé Webo 16mm. Extrait de Cinéaste des Cavernes, A. Baptizet, 1981.
Le matériel non tropicalisé souffre de l’humidité mais aussi des sables et limons qui enrayent les parties mécaniques de la caméra. Ici, A. Baptizet utilise un tuba pour éviter la buée sur les objectifs. Photographie Josette Millet in Cinéaste des Cavernes, 1981.

Lors de l’Année Martel en 1997, celui que les spéléologues surnomme « Bap’s » est venu à Pontoise pour projeter ses films sur la Place des Moineaux dans le cadre de la Journée Martel associée aux Journées du Patrimoine.

Alain Baptizet en pleine projection sur la Place des Moineaux à Pontoise le 20/09/1997. Photographie: Alain Gautier. Archives du Clan Spéléo Pontoisien.

Il y a quelques années, le Clan Spéléo Pontoisien avait en projet la constitution d’une base de données spéléologique nommée « Base E.A. Martel ». Ce projet avorté aurait centralisé à Pontoise les écrits, photographies et films venant  de professionnels et d’amateurs. Alain Baptizet avait alors donné un accord verbal de principe pour y déposer une copie de ses films lorsque celle-ci serait mise en place.

En mémoire de ce réalisateur hors norme, je vous propose aujourd’hui 4 de ses films :


20 000 lieues sous la terre (50 min) :

Panorama de curiosité souterraines, filmé sur plusieurs années montrant plusieurs types de cavités, de spéléothèmes, ainsi qu’un aperçu de la faune cavernicole. Tourné dans de nombreuses cavités françaises et étrangères, il montre un panorama des beautés du monde souterrain de manière accessible aux néophytes…


La conquête des abîmes (50 min) :

Ce film retrace l’histoire de l’aventure spéléologique de 1840 au milieu des années 90 et rend hommage à Edouard Alfred Martel, Norbert Casteret et tant d’autres.


L’énigme du Frais-Puits (1991, 50 min) :

Film sur ce célèbre réseau hydrologique souterrain situé près de Vesoul. Pour ceux qui seront les plus attentifs, vous retrouverez une intervention de Jean-Luc Maire qui, lui aussi, nous a quitté en 2018.


Un regard sur la France profonde (20 min) :

Attention, il faut avoir le cœur bien accroché pour regarder ce film qui traite de la pollution des cavités. Alain Baptizet montre tout et cela pousse à réfléchir sur la pollution, le recyclage et la protection de l’environnement en général.

Dassé Fabrice


Pour aller plus loin sur le documentaire spéléologique filmé provenant du site Persée :

1 réflexion sur “Alain Baptizet (1947-2018), le « cinéaste des cavernes » est un jour passé par Pontoise…”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.